76 HEURES DANS UNE JOURNÉE

1 09 2008

Dans une contrée pas si lointaine….en juin 2006

Aujourd’hui…avec cette nouvelle chronique…certains d’entre vous diront  » Pfff!!! Ben voyons, y exagère » ou encore  » Pauvre Mitch! y en invente! » Hé bien ceux qui diront ça, sont complètement dans l’champ car ce que je m’apprête à écrire est arrivé….et ce , mot pour mot!

Sans plus tarder, soumise à la société des jonquièrois et ex-jonquièrois et leurs amis, la présente chronique s’intitule : 76 heures dans une journée!!!

Il y a des journées qui ne finissent plus de finir…on feel croche, le monde entier nous fait suer, un moindre détail nous perturbe, le ciel s’abbat sur nous…bref des journées ou le lit semble être la seule place où on veut se voir. Et bien c’est une journée comme ça….

Une copine à Moi et Guillaume, Audrey Blanchet est venue du Saguenay vendredi soir pour venir faire rayonner notre train train quotidien et pour nous dilater la rate. Vendredi, Malgré le fait que j’ai une fin de grippe et une humeur plutôt maurose, Audrey me convainc de sortir avec elle et Guillaume, Avec le fidèle argument  » Ha Mitch!!! J’descends jamais! » Résultat, le « Night Life » s’éveille en moi et absorber par l’ambiance de la soirée, j’en oublie pratiquement que je travaille tout le reste de la fin de semaine. Bref…Les clients qui veulent bouffer du poulet n’ont qu’a bien se tenir car j’aurai une gueule de bois qui s’étendra la fin de semaine durant. Avant de partir travailler le samedi matin à 10h30…Guillaume et Audrey me plaignent…pendant que je revets mon habit St-hubert, eux se glissent dans leur pyjamas douillets. Le samedi se passe bien… et je ne travaille pas en soirée…Audrey et Guillaume vont au Show des « loco-locass » pendant que je récupère (Entre grosse guillemets) Encore une fois coucher très tard, en me fermant les yeux pour la nuit, je me dis à moi même que demain (Dimanche) La journée sera TOP TROP LONGUE!

Je me réveille, m’habille encore en serveur de poulet…je vais faire mon chiffre de 10h30 à 15h..le temps de faire un saut chez moi pour me laver…appeler j-P et Jannie ainsi que ma mère et GO! je dois repartir au travail…cette fois de 17h30 à 22h…Allez, un petit effort mon Mitch, me dis-je à moi-même en chemin vers la maison du poulé…je me motive en écoutant le c.d. de Madonna (dont je vais voir le show le 22 juin) Ce C.D. est le seul qui marche dans mon lecteur de voiture…non seulement il marche mais il est resté pris à Vitam Eternam dans le lecteur. Mon « CRISS » de lecteur C.D. marche pu depuis qu’il a fondu au soleil lors de mon dernier Road Trip avec ma CouZ…Bon…je suis rendu…allons faire des sourires exagérés et se brasser les cennes pour vendre du Poulé.

C’est ici que ça devient intéressant.

Tout de suite en entrant dans le restaurant, UV, la chef d’équipe me dit « Grouille, on est dans marde » Ni une ni deux je suis sur le plancher du resto à la vitesse de Speedy GonZaleZ! ça vas quand même bien…j’ai trop de clients mais c’est comme ça pour tous les serveurs, je maintiens la cadence…cependant j’ai une réservation de 16 qui s’en vient…Quand ils vont arriver je vais sûrement être dans le jus mais c’est pas pire, UV les prend avec moi.

Les voilà, ils sont là…environ 4 jeunes couples dans la trentaine…bien habillés, accompagnés de leurs enfants respectifs âgés entre 2 et 6 ans et quelques grands-parents pour rendre le groupe encore plus humain. Je leur laisse le temps d’arriver et je vais commander leurs apéros. Ils prennent tous du vin rouge ou à peu prêt.

Pas de temps à perdre, il ne faut pas que je perde la cadence. Je passe du côté resto-Bar pour aller chercher ma commande de boisson. Un gros cabaret avec coupes de vins rouge, litre de vin rouge et Stella Artois en fût. Je prend le cabaret le lève au bout de mes bras pour éviter les obstacles…traverse du côté salle à manger…arrive à ma table de 16…Parenthèse:(d’habitude j’adore les enfants, vous le savez…mais lui….je l’haïs) en tournant le coin…se levant de sur le tapis un petit bout de choux (pourri) apparait en plein dans mes jambes…scène au ralentit…le litre de vin vol dans les airs pendant que que les coupes pleines s’écrasent directement sur la table, le litre fait un tour sur lui-même histoire d’asperger bien comme il faut au moins huit de mes clients, qui pour l’occasion estivale avaient revêtuent le look été décontracte Blanc couleur Tendance. Donc à la manière d’un arrosoir de Gazon, ou d’un dripping à la Pollock, je fais de mes clients une oeuvre d’art humaine qui aurait sûrement pour titre « The ChainSaw Massacre » Évidemment il ne sont pas trop contents…je me mets pratiquement à genoux, prenant ma tête dans mes mains, la cadence est perdue. Pendant que j’éponge la table, les chaises ….et les clients, mes autres clients, aux autres tables, qui ont très bien vu la scène, ne montrent aucun signe de compréhension et chignent à la manière de bébé oiseaux qui attendent leur vers de terre. Bref, j’suis complètement dans la merde, une heure plus tard je reprends la cadence comme il faut, mon groupe de 16 me tip quand même bien, ils ont eu la boisson à volonté…La soirée continue…

Ouff je me suis sorti de cet enfer de soirée…il est 22h je termine bientôt. Il reste encore une quinzaine de tables mais c’est l’autre serveur qui Close. Tant mieux parce que j’suis raqué et écoeuré j’ai mal partout. Je ramasse la vaisselle salle qu’il me reste. Main droite j’ai une montagne d’assiettes et main gauche 5 verres semi-pleins…direction cuisine. L’autre serveur me laisse passer devant lui.

Scène au ralentit…juste avant d’entrer dans la cuisine, mon corps commence involontairement à patiner sur une plaque de choux crèmeux, deux trois pas à gauche, un en arrière, deux à droite, tripple boucles piquées et à la Josée Chouinard je m’étale avec un penchant luc Senay sans le « vouloir » du mouvement faisant la split! Un son de masse se fait entendre « OOOHHHOOH » Tous les clients sont debout pour me voir (le malheur des uns fait le bonheur des autres) Je me relève … avec surprise, j’ai encore tous mes morceaux et toute la vaisselle! Sauf une tasse qui roule, je me tourne vers les clients et fait un salut théâtrale, un sourire béant et j’entre dans la cuisine suivi de l’autre serveur qui se plait bien de raconter ma chute à l’équipe dans la cuisine. Longue, longue soirée!

22h30…je passe à ma case, je prends mon bracelet, mon porte monnaie, mes clés…salue 4 ou 5 collègues et je m’empresse de sortir de ce restaurant maudit. Sur la Ste-cath, mes épaules se relâchent je respire profondément (l’effet de serre) le stress tombe…Ouff je me suis sorti de cet enfer de soirée. Je marche vers mon stationnement. Débarre la voiture…et m’assieds, je remarque quelque chose de différent direction siège arrière, je n’y porte pas attention tout de suite. J’insère les clés dans le contact…me tourne, mon banc arrière est baissé de sorte à avoir accès au coffre (manoeuvre que j’utilise rarement sois dit en passant) Merde, Est-ce que ça veut dire que quel’qu’un était dans le besoin au point de forcer ma portière « d’accent en ruine »? Précisons-le. Rien de valeur n’est dans mon coffre anyway. Je démarre la voiture, monte le son de ma…de ma…..ben voyons!!! AH BEN CRISS…Elle ne finira jamais CETTE SOIRÉE!!! un sourire s’affiche quand même sur mon visage lorsque je prends consciense que les fils de ma radio pendouillent dans le vide et que celle-ci est portée disparue. On a osé voler ma radio de voiture. Elle pourra être vendue Maximum 5 piastres dans un PAWN-SHOP…il aurait été bien mieux de voler mon galon de gaz vide, il a plus de valeur …quoique mon C.D. de Madonna Lui…n’a pas de prix…surtout à 1 semaine et demi du show.

Sur ce, je me dirige à l’appart…pensant à tout ça…y’a des jours où on serait mieux de câler Malade…
C’est la fin!

_MiTch


Actions

Informations



Laisser un commentaire




Cema |
Le bon coin politique |
l'humour sous toutes ses fo... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | bul ce la bulle
| la vache sacrée...
| LES Z'INSOLITES !!!