VITE FAIT MAL FAIT

1 09 2008

Dans une contrée non lointaine, en juillet 2006

Dans notre société de production, pressée par la demande de réussite parfaite et l’atteinte d’un Eldorado imaginaire collectif nous laissant croire que plus nous performerons plus nous serons proches de la réussite que doit atteindre l’humain. On se perd parfois à faire des choses insensées, à se pousser à bout pour paraître, paraître beau…paraître parfait…paraitre propre…paraître intelligent….bref paraître…Mon histoire est un peu en lien avec cette crititique sociétale, disons que je voulais paraître rangé et à l’ordre pour recevoir ma visite…et comme je voulais faire plus vite que vite, qui est pris qui croyait prendre…

Donc soumise à la société des jonquiérois et ex-jonquiérois et leurs amis, la présente histoire s’intitule

« Vite fait…mal fait »

 Tout va à une allure folle ici…l’été est arrivé mais je crois qu’il n’y a  pas encore un rayon de soleil qui a effleuré ma peau. J’ai fait ma dernière fin de semaine au St-Hubert ça va me donner plus de temps…L’été c’est fait pour recevoir les gens que nous aimons et j’adore recevoir, j’aime bien montrer que je suis fier de mon appart et que ça va bien pour moi ici. Mercredi le 12, soit aujourd’hui, Janie et J-P arriveront à Montréal dans quelques heures…ensuite ce sera mon frère et ma belle soeur et futur Garçonnet…bref les vacances ne sont pas encore commencées pour moi que je suis déjà dans ce feu roulant.

 Entre rendez-vous au Garage, rendez-vous chez le médecin, entrainement pour paraître en santé, conceptualisation de projets à mon école, entrevue pour une nouvelle job, travail au St-hubert et déménagement du chum à Guillaume….s’ajoute à cela; Agrémentation de la nouvelle chambre à coucher pour épater les amis venus à ma rencontre….Ouff!

Dany, le copain de Guillaume est déménagé avec nous dernièrement, je dois donc nouvellement occuper la petite chambre, beige teinté vert et beige sal…poussiéreuse et petite à souhait. Bref, faut absolument que je fasse quelque chose pour l’arranger avant qu’on pense que j’ai toujours vécu là dedans m’apprêtant À devenir un espèce de Yoda temps modernes. Je n’ai pas de temps avant le lundi soir…la visite arrivant mercredi et le travail m’obligeant à la présence si je veux ma paye de vacance….je dispose donc de deux soirées pour « pimper » ma chambre à coucher.

Fidèle à ma tradition
j’attends la dernière minute pour allumer sur le fait qu’il me reste pas grand temps

 Le lundi soir, une copine, Laurence, vient me visiter, parl-parle jase-jase, il est 21h30 et je n’ai rien commencer. Je commence à vider ma chambre, je sors les instruments de peinture et je découpe les murs et le plafond, première couche de plafond, deuxième…le temps file, je me lève à 7hres du mat, il est 2 heures. J’arrête…me couche. Une nuit de sommeil trop courte. Je me lève, go au travail. Toute l’avant-midi, l’idée me trotte dans la tête (j’aurai jamais fini…je vais me coucher à 5 hres du matin, je vais être crevé….) Bref, je me dis que je pourrais prendre un après-midi de congé. Après tout, j’ai droit à 0,5 journée de congé de maladie et NOUVEAUTÉ, je crois bien quitter la commission scolaire car j’ai p-être trouvé un emploi plus stimulant, donc pourquoi ne pas prendre cet après-midi de congé. Chose que je fais.

 Fidèle à ma tradition
Je ferai tout pour respecter l’échéance, Kit à ne pas dormir


Catherine goulet m’offre son aide (MERCI MILLE FOIS) midi 3o, on est à l’appart. Peinture, peinture, peinture, on va chercher le BéBé à Cath à la garderie on va le porter à Papa…retour à l’appart à 18h30, on parle même pu, il n’y a pas de musique nous sommes concentrés sur la tâche. Peinture, peinture, peinture…on enlève les rubans caches, réparent les petites gaffes, posent le luminaire avec l’aide de Guillaume, lavons le plancher, plaçons les meubles, lavonsle matériel. MINUIT…la chambre est parfaite…mais le reste de l’appart: un dépotoir de saleté, une pouponnière d’acariens incubant ceux-ci dans une humidité tropicalesque. J’ai promis à Cath de lui payer le Mcdo mais il faut absolument que je dorme, mais que je fasse le ménage avant. « Désolé ma belle Catherine » Guillaume va donc la porter, je lui laisse l’argent pour un Mcdo. VITE MERDE!

Je plis les vêtements qui attendaient dans la sécheuse, je lave les électros, débarbouille le comptoir, je monte les chaises sur la table de vitre à guillaume en faisant attention car elle est craquée parce que Guillaume à repasser dessus et que la chaleur l’a fait craquer. Le plancher est maintenant libre, je passe la balayeuse (Ma voisine d’en bas doit capoter de m’entendre passer la blayeuse à une heure du mat…UNE HEURE DU MAT!!!!!!! Vite, je suis à 4 pattes lave le plancher, époussette le passage en attendant que la cuisine sèche, la toilette, le bain, le plancher de la salle de bain, balayeuse au salon!!! OUFFFFFF!!!! j’ai le temps de tout faire, mais j’ai faim en criss de coliss, je suis exténué et les acariens m’ont pris en chasse. je m’en vais à la cuisine et descend les chaises de sur la table. Faiblesse de la table en cause…en enlevant une des chaises de sur l’énorme vitre teintée noire pesant des milliers de tonnes, a moitié de celle-ci flanche sous la pesanteur des autres chaises, craque sous la pression, s’affaise sur le sol telle une enclume « D’ACMÉE ». Au son de celle-ci, c’est sûre que ma voisine d’en bas pense que c’est l’apocalypse. En rencontrant le plancher de céramique, le bruit rappelle le « jugement dernier ». La moitié de la table explose, implose éclate en 30 milles morceaux, sur mon plancher propre. Je reste devant la table, une chaise dans les mains. Abasourdi par cette vision d’horreur…maudissant le ciel en silence. En réalisant ce qui vient de se passer. J’ai une soudaine envie de chier intense! Je ne sacre pas, je ne bronche pas…je souris névralgiquement me répétant cette phrase « Tout va bien je suis en santé ». Je traverse la cuisine en découvrant mes talents innommables de Phakir. Je mets des espadrilles, et recommence…prend la balayeuse, ramasse les vitres, tasse les électros, lave le plancher….


Bon, je prends une douche et j’attends Guillaume pour lui annoncer la nouvelle…Nouvelle annoncée, ça semble aller. 2h30 du mat. Je me couche dans ma chambre parfaite, en assumant le fait.

 Morale de l’histoire…vite faire et bien faire??? Sûrement qu’on peut y arriver….mais croyez-en mon expérience, mieux vaut partir à point!

Vivement J-P et Jannie qui pourront profiter de ma belle chambre à coucher mais qui devront manger sur le plancher.

_MiTch


Actions

Informations



Laisser un commentaire




Cema |
Le bon coin politique |
l'humour sous toutes ses fo... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | bul ce la bulle
| la vache sacrée...
| LES Z'INSOLITES !!!